A propos du Cirad

Date de mise à jour : 25 janvier 2012

Le Cirad est l'organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes.

Statut

Le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est un Epic placé sous la double tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.

Activités

Ses activités relèvent des sciences du vivant, des sciences sociales et des sciences de l’ingénieur appliquées à l’agriculture, à l’alimentation, à l’environnement et à la gestion des territoires. 
Il travaille autour de grandes thématiques telles que la sécurité alimentaire, le changement climatique, la gestion des ressources naturelles, la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté.

Mission

Avec ses partenaires du Sud, le Cirad produit et transmet de nouvelles connaissances pour accompagner l’innovation et le développement agricole. Il met son expertise scientifique et institutionnelle au service des politiques publiques de ces pays et des débats internationaux sur les grands enjeux de l’agriculture. Il apporte son soutien à la diplomatie scientifique de la France.

Le développement par la recherche

Le Cirad a un objectif prioritaire : bâtir une agriculture durable, adaptée aux changements climatiques, capable de nourrir 10 milliards d’êtres humains en 2050, tout en préservant l’environnement. 
Il considère que pour se développer sur le long terme et élaborer des politiques publiques appropriées, une société doit participer à la production des connaissances dont elle a besoin. Ce développement par la recherche repose sur la capacité des pays à se doter d’un système d’enseignement supérieur et de recherche adapté, soutenu par les pouvoirs publics, mais ayant une réelle autonomie d’action.
Du local au global, de par ses partenariats durables, il contribue au développement d’une agriculture au service de tous, et particulièrement des petits agriculteurs, qui constituent l’immense majorité des producteurs. 
Il répond ainsi aux défis globaux de la sécurité alimentaire et du changement climatique, mais aussi des 17 objectifs du développement durable de l’ONU (ODD) et de l’accord de Paris sur le changement climatique.

La formation et le partage des connaissances

La formation, la diffusion de l’information, le partage des connaissances et des innovations complètent naturellement la mission de recherche du Cirad en donnant aux partenaires et aux acteurs du développement la capacité de faire les choix qui leur reviennent. 
La formation diplômante ou professionnelle dans les pays du Sud est une dimension essentielle. Elle repose sur l’engagement de chaque chercheur. 
Le Cirad est aussi un acteur majeur du dialogue entre l’Europe et l’Afrique. Engagé dans de nombreux réseaux européens et internationaux, il facilite l’accès de ses partenaires du Sud aux programmes communautaires et leur insertion dans les réseaux internationaux de coopération scientifique.

Partenariats

Le Cirad dispose d’un réseau de partenaires sur trois continents et de directions régionales, à partir desquelles il collabore avec plus de 100 pays. Son partenariat de long terme est structuré par des dispositifs de recherche et d’enseignement en partenariat (dP) regroupant 200 institutions des pays du Sud, auxquels sont affectés 200 de ses chercheurs (50 % en Afrique, 25% en Asie et 25% en Amérique du Sud).
En France, il offre à la communauté scientifique nationale et internationale un important dispositif de recherche et de formation, situé principalement à Montpellier et dans l'outre-mer français. 
Le Cirad est membre de deux consortiums français : Agreenium/IAVFF et AllEnvi.

Le Cirad en chiffres

  • 1650 agents, dont 800 chercheurs.
  • Des activités en partenariat avec plus de 100 pays et 200 institutions.
  • 3 départements scientifiques : Systèmes biologiques (Bios), Performance des systèmes de production et de transformation tropicaux (Persyst), Environnement et sociétés (ES).
  • 33 unités de recherche.
  • 13 directions régionales à travers le monde.
  • Une vingtaine d’outils collectifs de recherche accessibles aux partenaires du Sud et européens.
  • Près de 5 millions d’euros consacrés à la formation doctorale.
  • Plus de 400 doctorants encadrés chaque année, dont 60% originaires d’un pays du Sud.
  • Des masters internationaux créés avec les grandes écoles ou les universités des pays du Sud.
  • 800 chercheurs et techniciens du monde entier accueillis et formés chaque année.
  • Un budget annuel de 200 millions d’euros en 2016.

Date de mise à jour : 25 janvier 2012

Bookmark and Share

Cookies de suivi acceptés